logo

"Un homme sérieux a peu d'idées. Un homme à idées n'est jamais sérieux" Paul Valéry


blog médias Tribunes Donation etc.

Nos commentaires favoris

mardi 27 septembre 2011
Observatoire des idées existe depuis un an et demi et nous avons depuis eu des centaines de commentaires ici sur le blog ou directement par courrier électronique. Nous avons donc décidé aujourd'hui de publier nos commentaires favoris. Merci à eux en tout cas.

Il y a les plus réactionnaires quand on critique la politique économique de Marine Lepen:

"Alors, on fait quoi ? On finit par se laisser génocider par l´immigration de peuplement et l´on finit par avoir un taux de chômage de 80% ? Voilà où mènent pourtant vos arguments ! D´un autre côté, avec un chômage digne des pays d´où nos envahisseurs arrivent, ça pourrait être une chance finalement !

Enfin, c´est toujours instructif d´avoir la perspective des Beaux Quartiers de la Zone Libre qui se croient à l´abri de tout et notamment de ce qui se passe dans les Territoires Halal des Zones Occupées."

Il y a ceux qui nous font réflechir à notre business model:

"Heureux que je n'ai pas payé pour vous lire!"


Il y a ceux qui portent nos idées dans les hautes instances:

"Cette idée de suppression des dividendes est portée par moi-même à l'Assemblée Nationale"

Il y a ceux qui ne supportent pas nos arguments sur la dette publique:

"C'est vraiment triste de lire ça et vraiment irresponsable!!! C'est très facile quand on est fonctionnaire et qu'on ne risque pas d'être au chômage comme des milliers de salariés, qu'on ne gère pas d'entreprise et qu'on n'est responsable d'aucun emploi.

D'abord, vérifie tes chiffres! La dette grecque c'est plus de 350 mds euros soit 160% de son PIB. C'est la base d'avoir les bons chiffres pour faire une analyse! Comme d'habitude, tu passes à côtés du problème en mettant tt sur le dos des banques (c'est facile, les "méchants banquiers"). Essaie de monter le niveau au lieu de faire du TF1! En 2008, elles étaient en effet les responsables mais auj ce n'est pas le cas!!!

C'est une crise de la DETTE des ETATS: alors qu'il n'y n'avait pas de croissance ils ont distribué de l'argent qu'on n'avait pas enfin de répondre à des politiques populistes, manquant de courage politique. L'Etat, c'est l'argent public, ce qui est fou c'est que ton problème c'est les banques qui ont prêté mais pas les gouvernements qui depuis 1974 votent un budget en déficit et endettent la nation!!! Ca c'est secondaire pour toi! C'est fou! Mais dire ca c'est être responsable et c'est visiblement impossible pour une partie de la gauche Montebourg qui conduira le pays à la faillite!"

Enfin, il y a ceux qui nous félicitent d'avoir parfois un train d'avance sur les journalistes (toujours à propos de la dette publique):

"Je suis consterné de voir à quel point les journalistes (pas tous, il faut être juste) manquent d'esprit critique. Lorsqu'un argument pareil déboule dans le débat, le minimum serait de l'évaluer, de faire réagir des personnalités politiques, bref, de tirer l'affaire au clair. Les journaux ont une responsabilité démocratique majeure, celle d'organiser l'arrière plan du débat politique. Or, dans la majorité des cas, les rédactions privilégient les opinions majoritaires. C'est aussi pour cette raison que les théories économiques hétérodoxes ont autant de mal à faire entendre leur voix.

Cependant, les initiatives des économistes atterrés récemment, la montée en puissance de blogs très regardés et surtout la pression de la crise financière, qui peu à peu valide des approches autrefois jugées déviantes ou irresponsables, font que les choses sont je crois en train de bouger. (...) l'usage des réseaux, la pratique de l'internet, permet fort heureusement aux citoyens éveillés de contourner la Doxa et la pensée unique/inique qui vitrifie et stérilise le débat."

2 commentaires:

Anonyme a dit…

ahah très bon !

Anonyme a dit…

C'est Montebourg qui défend la suppression des dividendes?

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire