logo

"Un homme sérieux a peu d'idées. Un homme à idées n'est jamais sérieux" Paul Valéry


blog médias Tribunes Donation etc.

A l'arrondi : donnez un pourboire à ceux qui en ont besoin

jeudi 19 septembre 2013
Mes étudiants le savent, la possibilité de laisser un "pourboire" pour les gens dans le besoin lors d'un paiement est une idée que je défends depuis longtemps dans mes cours. Lorsque j'évoque les innovations sociales à mettre en place pour lever de l'argent afin de financer des programmes de lutte contre la pauvreté, je parle généralement de la taxe Tobin, d'une surtaxe sur les biens de luxe ou de la possibilité de laisser quelques centimes ou quelques euros lors de vos achats. 

"L'arrondi", un programme soutenu par microDON, permet avec des supermarchés partenaires d'arrondir votre paiement à l'euro supplémentaire afin de récupérer quelques centimes pour financer des actions solidaires. La généralisation du système, y compris à d'autres commerces, notamment lors des paiements en carte bleue, permettrait à chacun d'entre nous, lorsque bon lui semble, de faire un don sans avoir à remplir de formulaire. 

Pénalisation des clients de la prostitution: qui y gagne vraiment?

mercredi 18 septembre 2013


Les lecteurs du blog, mes collègues et plusieurs autres personnes savent que la prostitution est un de mes sujets de recherche favoris, pour lequel j'ai d'ailleurs reçu avec mon collègue Alexandre Frondizi un honorable prix l'an passé à Boston

On parle depuis plusieurs mois de la pénalisation des clients de la prostitution. La loi prend forme: la députée PS Maud Olivier propose la création d'une contravention de 5ème classe, associant le recours à la prostitution à une amende de 1500 euros, dont la récidive constituerait un délit puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende. Le dispositif serait accompagné d'une peine complémentaire, un stage de sensibilisation aux conditions d'exercice de la prostitution, sous forme de désintoxication. 

Le problème du dispositif est qu'il ignore la différence entre prostituées de rue et prostituées d'intérieur comme les escortes. La pénalisation des clients est un moyen efficace de lutter contre la prostitution visible, celle qui se déroule dans la rue et qui gêne les riverains. Elle n'a en revanche aucune chance d'éradiquer la prostitution dans son ensemble. Le projet de loi repose sur l'idée que l'acte sexuel tarifé est une violence faite à la femme, ce qui est en partie vraie, les conditions de travail des prostituées de rue sont abominables, celles-ci étant souvent victimes de violence de la part des clients et des proxénètes, ces violences entraînant des arrêts de travail fréquents. Ce qui est contestable, c'est que le projet de loi annule le délit de racolage, qui n'est quasiment plus utilisé dans les faits, mais qui est pourtant le meilleur moyen d'aider toutes les prostituées à sortir de la prostitution et de les isoler des proxénètes. 

Au final, les prostituées de rue vont y perdre puisqu'elles devront opérer dans des endroits reculés, seront plus vulnérables aux violences et sortiront potentiellement de tout dispositif d'accompagnement vers la sortie de la prostitution. La prostitution invisible, via les réseaux sociaux ou les sites de rencontre et d'escortes, est sauvegardée par la mesure. J'écrivais il y a plus de trois ans que les prostituées d'intérieur n'ont pas intérêt à ce que la prostitution soit légalisée, bien au contraire. La réduction de la prostitution de rue va leur permettre d'augmenter les prix, de sélectionner des clients plus aisés (mais pas forcément moins violents) et de continuer à racoler indirectement sur des sites de rencontre.    

Des périodes historiques de mauvaise et de bonne humeur

mardi 17 septembre 2013
Une étude de Alberto Acerbi et al. (2013) étudie la fréquence des mots d'humeur - qui traduisent certaines émotions - à partir des bouquins écrits en anglais accessibles en ligne sur Google. Le graphique ci-dessous montre la différence entre la fréquence des mots joyeux et tristes, par année. Lorsque la courbe est en dessous de la ligne horizontale passant par 0, la période est plutôt triste; lorsque la courbe est au-dessus, la période est en moyenne plus heureuse. L'exercice est intéressant même si la généralisation du graphique à l'ensemble des cultures, et même à l'ensemble de la population des États-Unis et du Royaume-Uni, est critiquable. 


Figure 1 Historical periods of positive and negative moods.

Regardons maintenant l'évolution de la part des très hauts revenus dans la richesse nationale. La courbe rouge représente la part des 0,1% les plus riches dans la richesse nationale. Si les courbes ont à peu près la même forme - a priori les riches s'enrichissent plus que la population moyenne en période de croissance et ont des revenus qui fondent plus que la population moyenne en période de crise - l'humeur des années 2000 n'aura jamais égalé celle des années 1920 alors que les très hauts revenus ont retrouvé la place qu'ils avaient au début du XXème siècle.



Réforme des retraites 2013: ce qui change

lundi 16 septembre 2013





Nécessité de la réforme

Trois ans après la réforme de la Présidence Sarkozy, le Président Hollande s'offre sa propre réforme des retraites. La réforme de 2010 devait permettre l’équilibre du système jusqu’en 2020, au prix du pillage du Fonds de réserve des retraites qui assurait le financement des pensions après 2020. La réforme portée par Woerth n'aura été qu’un toilettage peu utile car sa durée de vie supposée de dix ans n'aura duré que trois ans. Sans réforme, le régime des retraites serait largement déficitaire en 2020. Il n’y avait donc pas d’autres solutions de court terme que le rabotage du système par une augmentation des durées de cotisations ou des cotisations elles-mêmes, ce qui passe par un alignement des règles des différents régimes de retraites, sauf à repenser de manière globale notre système de retraites. La réforme du PS est habile politiquement car elle aborde toutes les questions essentielles, sans toutefois s'avérer durable. 

Evolution du PS sur la question des retraites

Le contre-projet du PS en 2010 considérait la question des retraites comme relevant de la solidarité nationale et proposait donc des taxes supplémentaires sur les plus hauts revenus et le capital, ainsi qu’une augmentation des cotisations supportées par les entreprises pour financer la réforme des retraites. 

Le think tank Terra Nova, proche du PS, proposait de casser les avantages fiscaux des retraités pour lever 11 milliards d’euros par an. Cette proposition, qui est depuis systématiquement remise sur le tapis, se base sur l'idée que les générations précédentes ont travaillé moins longtemps et qu'il n'est donc pas nécessaire qu'elles bénéficient en plus d'avantages fiscaux trop importants. Le gouvernement a écarté une potentielle augmentation de la CSG d'une manière générale ainsi que sur les retraités, tout en revenant sur certains avantages fiscaux, notamment la défiscalisation de la majoration de 10% de la retraite pour les parents de trois enfants; cette mesure entraînera une augmentation du montant d'imposition d'environ 10% pour les intéressés. 

En revanche, le PS n'a pas évolué sur quatre sujets: la réforme des régimes spéciaux, l'augmentation de l'âge minimum du départ à la retraite, la désindexation des retraites sur l'inflation et la lutte contre les inégalités dans l'accès à la retraite. Il a cependant abordé indirectement chacun des quatre arguments.

  • Ne pas avoir avancé frontalement sur l'alignement des régimes spéciaux sur le régime général est évidemment une erreur économique, d'autant plus que le gouvernement a créé un compte pénibilité qui pourrait se substituer aux régimes spéciaux.  La mise en place du compte unique de retraite va dans le sens de l'alignement des règles des régimes mais il faut assurer la convergence des régimes entre eux. Le système actuel offre de droits différents à des personnes qui ont des revenus et des carrières similaires, ce qui est intolérable. 
  • L'augmentation de l'âge plancher du départ à la retraite, mesure pratique pour renflouer les caisses car elle augmente la durée de cotisations et la probabilité d'avoir des retraités dont la retraite n'est pas complète. La durée de cotisations est en revanche relevée à 43 ans en 2035. 
  • Par ailleurs, la désindexation des retraites sur l'inflation n'aura pas lieu mais le gouvernement l'a remplacé par le report de la valorisation des pensions de retraites en novembre plutôt qu'en avril. Sur une année pleine, un retraité perd donc six mois de revalorisation des retraites. 
  • Enfin, la lutte contre les inégalités par la meilleure prise en compte du temps partiel, de l'apprentissage et des périodes de chômage dans le calcul des annuités de retraites, va dans le bon sens de la lutte contre les inégalités dans l'obtention des retraites. Elle ne résout cependant pas de manière définitive l'inégalité fondamentale de notre système par répartition. 


La réforme idéale des retraites


Le système actuel des 25 meilleures années est injuste : un ouvrier commence à travailler plus tôt qu’un cadre et va donc cotiser plus longtemps ; en dépit d’une durée de cotisation plus longue, il n’aura pas ou peu avec le mécanisme de surcote un meilleur niveau de vie à la retraite ; il mourra par ailleurs plus jeune. Par ailleurs, du fait des qualifications requises pour certains métiers, un ouvrier a plus de chances d’entrer sur le marché de l’emploi avant 20 ans et a donc une grande probabilité de cotiser plus longtemps qu’un cadre lorsque l'âge de départ minimum de la retraite est relevé. 

La réforme idéale serait de déconstruire le système de répartition. Les économistes Antoine Bozio et Thomas Piketty ont proposé un système des retraites qui repose sur un âge plancher de 60 ans pour prendre sa retraite, et la suppression de l’âge auquel on peut bénéficier d’une retraite à taux plein sans avoir pleinement cotisé. Chacun cotiserait pour lui-même : pour se faire, les cotisations retraites devraient être relevées à 25% du salaire brut. En quelques sortes, chacun cotiserait plus en échange de la garantie de toucher l’argent de ses cotisations. Il n’y a plus de retraites complètes ou non, le système est lisible : si je commence à travailler à 20 ans et que je cotise 46 ans, j’ai le droit à une pension égale à l’ensemble de mes cotisations divisé par la durée de ma retraite (calculée en fonction de l'espérance de vie, par exemple par Catégories socio-professionnelles). Chacun a ainsi le droit de définir selon ses propres goûts son temps de travail et le niveau de pensions qu’il considère justes pour vivre.