logo

"Un homme sérieux a peu d'idées. Un homme à idées n'est jamais sérieux" Paul Valéry


blog médias Tribunes Donation etc.

Les primaires citoyennes: rien ne va plus, les jeux sont faits

vendredi 16 septembre 2011
 

Hier soir, on pouvait voir le premier débat entre les six candidats de la gauche aux primaires citoyennes qui auront lieu les 9 et 16 octobre prochains. Ce premier débat, organisé en trois temps sur France 2 (présentation, interview, débat), permet de se faire une idée sur les différences entre les candidats et aideront les sympathisants de gauche à choisir leurs favoris pour les élections présidentielles 2012. De bonne tenue et organisé dans une bonne ambiance, je vous propose une rapide revue des différents candidats ayant participé au débat.

Arnaud Montebourg: une critique idéologique du libéralisme

Arnaud Monteboug s'est placé dès le début du débat dans une position plus idéologique que les autres candidats. Après une habile présentation rappelant ses origines populaires, il s'est longtemps exprimé sur la crise financière actuelle dont la lutte apparaît sa priorité. Il a notamment proposé des mesures concrètes comme le protectionnisme européen afin de maintenir industries et emplois en France; une taxe européenne sur les transactions financières; le blocage des loyers ; le versement d'une prime aux salariés pour chaque dividende versée aux actionnaires.

Il a en outre réaffirmé son attachement à l'euro et insisté pour que les marchés, notamment les banques, paient pour la crise financière. D'après lui, la régulation des marchés financiers assurera plus de justice sociale et donnera les moyens à l'Etat de les financer. Il a enfin insisté sur la nécessité de rassembler les gauches et rappelé que la gauche ne gagnerait pas les élections de 2012 en se contentant d'imiter la droite et le Président Sarkozy.

Jean-Michel Baylet: le notable

Membre du parti radical, il n'était pas étonnant d'entendre Jean-Michel Baylet s'écarter sensiblement du projet socialiste tout en défendant une approche humaniste de la société. Sa priorité est la diminution des charges sociales sur les PME et il a vivement critiquer les 300 000 contrats d'avenir inscrits dans le projet socialiste et qu'a défendu Martine Aubry. Il s'est prononcé en faveur de la diminution des dépenses publiques mais contre la règle d'or, pour une fusion de l'impôt sur les revenus et la CSG et pour une Europe fédérale. Il s'est exprimé également en faveur de la dépénalisation du cannabis et pour le droit à mourir dans la dignité.

Ségolène Royal: une approche concrète des problèmes des Français

Après une présentation terne durant laquelle elle a résumé son parcours et rendu hommage à l'école républicaine. Ségolène Royal a insisté sur son expérience et mis en cause les banques dans la responsabilité de la crise. Ses priorités sont d'abord la mutation écologique, l'aide aux PME et la réduction des déficits. Pour y parvenir, elle a insisté sur la reprise de l'activité. Elle a beaucoup répété que les banques ne devaient plus commander mais obéir aux règlements des États, qu'il fallait séparer les banques de dépôt des banques d'investissement et interdire la spéculation sur les dettes souveraines. Elle a refusé toute hausse des impôts mais souhaite, comme les autres candidats, une réforme fiscale pour assurer une plus juste répartition de l'impôt. La réduction des dépenses viendra de réforme institutionnelle comme la décentralisation (meilleures répartition des compétences, suppression d'échelons) et si elle approuve la règle d'or, elle veut l'accompagner d'une réforme fiscale qui mettrait davantage à contribution le capital. Elle a enfin insisté sur la morale publique, dénonçant un régime corrompu et proposant l'inéligibilité à vie -et la déchéance- des élus condamnés pour fait de corruption.

François Hollande: l'humour au service du favori

Favori des sondages, la performance de François Hollande a paru honnête et ponctué de nombreuses plaisanteries. Il a longuement insisté sur la jeunesse, proposant un contrat de génération qui consiste à supprimer les charges sociales pour une entreprise qui maintieindrait un senior dans l'emploi tout en embauchant un jeune. Sans originalité, il fait de la réforme fiscale une nécessité et fait aussi de la relance économique une condition pour réduire les déficits. François hollande a aussi parlé des enseignants et proposer de créer 12 000 postes par an en compensation des réductions d'effectif voulu par Sarkozy. Il conduira une réflexion sur les rythmes scolaires et sur la qualification des jeunes. Il souhaite mener une politique de compétitivité afin de réduire le déficit commercial de la France et propose un transfert de cotisation sociale vers une cotisation sur la valeur ajoutée ( sur la richesse, non une augmentation de la TVA) et une taxe écologique. Premier candidat à évoquer la question du nucléaire, il propose de réduire de 75 % à 50 % la part d'électricité nucléaire. Précisant qu'il s'agissait d'une réduction est de 25 %, on précisera que la réduction est en fait d'un tiers (33 %), la - petite - erreur de François Hollande prouvant que le socle commun de connaissance n'est pas acquis par tout le monde.

Manuel Valls, le réaliste libéral

Dénonçant l'échec de Sarkozy sur les questions du travail et de la sécurité, Manuel Valls considère que la priorité du futur Président sera de réduire le déficit de la France parce qu'il pénalise, avec la dette, les populations les plus fragiles en empêchant l'Etat de mener des politiques sociales qui leur sont destinées. Insistant sur un programme de vérité, il indique vouloir réduire les déficits en réduisant les niches fiscales et revenir sous les 3 % de déficit dès 2013. Sensible à la question de l'école, laquelle reproduit les inégalités au lieu de les combattre, il s'est opposé à tout hausse des moyens mais souhaite lui aussi mener une réflexion sur la pédagogie et les rythmes scolaires.

Favorable à la règle d'or, il pense cependant qu'elle doit être compensée par davantage de justice fiscale. Il approuve une TVA sociale de 2 % pour réduire les déficits et souhaite investir dans la compétitivité de la France en misant sur la recherche, l'enseignement supérieur et les PME, lesquelles paient plus d'impôt, en proportion, que les entreprises multinationales.

Répondant à des questions sur l'immigration, il s'est prononcé en faveur de quotas afin de réussir l'intégration des immigrés et pour assurer plus de clarté dans les règles relatives à l'entrée et le séjour en France. En, matière de sécurité, il refuse de revenir sur les peines planchers adoptées sous la présidence de Nicolas Sarkozy mais promet plus de moyens pour la justice.

Martine Aubry, la gardienne du projet socialiste

Dernière à intervenir dans le débat, Martine Aubry a insisté sur la nécessité de relancer la croissance. Elle seule permettra en effet de réduire le déficit et de revenir à l'équilibre des finances publiques: elle formule donc un raisonnement différent de celui de Manuel Valls. Pour financer les mesures du projet socialiste, elle propose de réduire les niches fiscales à hauteur de 50 milliards d'euros et d'en réaffecter la moitié aux dépenses nouvelles, l'autre moitié étant affectée à la réduction du déficit. L'ancienne secrétaire nationale du PS a également insisté sur l'innovation et les PME et fait de lutte contre le chômage sa priorité: elle dénonce la défiscalisation des heures supplémentaires qui n'incite pas les entreprises à embaucher. Elle a en outre défendu les 300 000 contrats d'avenir qui figure dans le projet socialiste, indiquant que ces emplois seront crées dans des activités d'avenir comme l'environnement (diagnostic thermique des bâtiments par exemple). Elle propose de refonder l'école et d'assurer une meilleure formation aux enseignants. Sur la question de la dette, elle a refusé tout engagement chiffré pour 2017 compte tenu de l'incertitude économique et a insisté sur le pouvoir d'achat: pour la candidate, il s'agit de réduire les prix, notamment des loyers, mais aussi de l'eau et de l'électricité.

Si le débat fut courtois, Martine Aubry s'en est pris à François Hollande sur les contrats de génération auxquels elle oppose les contrats d'avenir, parce qu'elle pense que les contrats de génération conduiront à des effets d'aubaine de la part des entreprises. C'est surtout sur la question du nucléaire que les deux prétendants se sont opposés. Alors que François Hollande propose une réduction de l'électricité nucléaire de 75 % à 50 %, Martine Aubry a répondu qu'un président devait fixer un cap précis et s'engager clairement en faveur d'une sortie du nucléaire. Ségolène Royal a approuvé une sortie du nucléaire étalée sur 40 ans. On se contentera de souligner un paradoxe dans la position de Martine Aubry: alors qu'elle souhaite fixer une échéance dans la sortie du nucléaire, elle refuse en revanche de s'engager sur le niveau de déficit à atteindre en 2017, considérant que la crise rend aujourd'hui incertain tout engagement en ce domaine.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je vous trouve votre article peu pertinent et argumenté. Il faut vous informer Stakhanov.

Céline.

Stakhanov a dit…

Bonjour.

Comment peut-il être en même temps peu pertinent et argumenté? A moins que nous ne vouliez dire peu pertinent et peu argumenté? J'accepte la critique mais il conviendrait que vous en disiez (argumentiez) davantage: il m'est difficile de répondre à votre message.
L'article constituait avant tout un compte-rendu permettant de distinguer les positions des candidats. Cela peut être utile à quelques semaines des primaires.

Bien cordialement,

Stakhanov
aleks.stakhanov@gmail.com

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire